kerel

Museum of the Fine arts, Philadelphia

 
                                                 « … un retard en verre                                                                                                                  
                                                     Comme on dirait un poème en prose ou un crachoir en argent ».
                                                                                                                                       Marcel Duchamp
Des sentinelles d’acier patrouillent à tous les coins de rue, phalanges
recrutant des bureaux nerveux dans leurs bottes de béton. La chaleur
assomme. Je hâte le pas quoiqu’une bruine barbare brouille
les vitraux aveugles du Marriott, nettoyant la toile fine des hortensias
carbonisés dans Benjamin Franklin Parkway, et longe les allées
plantées de statues sous les arbres, où les bourgeois de Calais  
mesurent leur revanche sur la couronne anglaise, sur toutes les aristocraties
que la fumée noire des usines asphyxia comme un vieillard à particule
manque d’oxygène pour monter les escaliers municipaux, voyant dans l’art
un paradis de bronze pour les justes. La Muse brûle sur le parking où rouille
la robe tavelée d’une vieille Chevrolet. Des gosses à la peau aussi noire
que l’herbe dans le ghetto de Lancaster baptisent les marches
 
monumentales de ce temple romain, noirs comme Pissarro,
noirs comme les cales des bateaux où les vieux maîtres européens
passaient en Amérique sans le moindre passeport, les vieux qui pourtant
sur la souffrance ne se trompaient jamais, sur la peur de la vieille Europe
à l’étroit dans sa redingote de nations, sur la stupéfaction, la vérité dans l’art. 
Et marchant vers le U massif du musée, minuscule sous le fronton
et les colonnes imitant avec philanthropie le Parthénon, je restai longtemps
sous la pluie, à méditer sur le destin des images et des nations. Je me souviens
qu’à New-York, dans Soho, l’art brillait dans les vitrines aussi lisses
qu’une plaque d’argent bruni, une boîte de soupe Campbell pour un dîner
de célibataire qui refroidit dans son assiette, avec une question à poser
à la mariée qui narquoise lève son crachoir en argent, ange énigmatique.

Imprimer E-mail