kerel
                                   Sur les photographies trop nettes, je nous revois comme statues
                                     Figurer l’équité en col d’hermine, lauréats prêtant à la réussite
De pudiques serments d’amour, promesse sous une promotion de lustres
                                 De sagesse au terme d’une carrière provinciale... Alors je brouille mon image
                                             A l’aide de la bruine qui redouble, quand avant l’aube les caseyeurs
     Hantent le môle dans leurs suaires étanches, je les rejoins
                                     A bord d’un Terre-neuvas miniature, son moteur à deux temps
                                                                           Ses filets conformes aux normes européennes.
                   Le soleil, tête d’épingle piquée à l’horizon
     Divise le sillage qui se referme aussitôt comme une huître
                                   Après moi rien n’aura changé. Je laisse à d’autres
                               La houle imprévisible des révolutions, la barque roule fort sous l’Atlantique
          A révolter le foie de Surcouf. Les filets serrent leurs mailles autour des rochers                                                                                                                   
     Flirtant dangereusement avec les temps néolithiques, j’écoute dans les sautes du vent
       Les avertissements aigus des goélands, trois mots bien tournés ne donnent jamais raison
                                              Devant le tribunal de la mer. L’après-midi la marée nous ramène
                 Au port prodigues ou silencieux, les mareyeurs travaillent pour Singapour
       Glace et bacs en plastique jonchent le quai trempé. « Fini pour aujourd’hui », dit François
               Les barques tirent sur leurs amarres, quand à l’Abri-Côtier l’alcool
                                   Rapporte des nouvelles du Sud, canons décapsulés sous un arbre fruitier
Ou bien Kérel raconte une histoire, des rapaces planent sur des montagnes
                                            Pelées comme les oranges qu’on décharge au port.
             Le ciel prend une couleur pêche, moi une autre Margarita
                                                 Brève escale dans une chambre moite à la Désirade. Puis j’écoute
                                                                 La fin de l’histoire, ou la gifle des vagues contre la jetée    
                                                                     Parlement où se décident les bulletins météo.

E-mail